Get Adobe Flash player

Un jour en février, dans la forêt d’Argonne,

Je vis d’étranges fleurs, au bord de mon chemin.

Je vous les envoyai, dans le secret dessein

De rappeler l’amour que mon cœur emprisonne.

 

Vous m’avez répondu par d’autres fleurs, mignonne,

Et vous vous étonniez qu’en ce pays lorrain,

Puisse éclore une fleur, puisque chaque matin,

Il gèle, il neige et que de froid l’arbre frissonne.

 

Pourquoi la fleur d’Argonne, au cours de cet hiver,

A-t-elle devancé cette fleur, qu’hier

Je recevais, chère âme, et qui venait de Nice ?

 

L’une, de nos héros, buvait le sang vermeil

Pour rajeunir sa tige et gorger son calice,

Et l’autre, pour fleurir, n’avait que le soleil.

 

Maurice BOIGEY

Source : BDIC – Rigolboche n°10 – 15 Mai 1915

 

il y a cent ans sur apln-blog

Pour la communauté « Il y a cent ans » de Clarmicalement

 

5 réponses à Fleurs d’Argonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui suis-je???

Mon blog
Un peu loufoque
Parfois plein d' émoi
C'est aussi moi
Quelques coups de gueule
Ce sont eux qui le veulent
De l'humour
J'en ai eu toujours
Mes amours
Ils sont dans le four
De l'amitié
Je distribue à volonté
De la poésie
C'est juste pour rimer avec zizi
Rien de pire
Que de ne pas sourire
Voilà un peu de moi
Pour toi!!!

-dimdamdom-

Ma musique au fil du temps
Rejoignez moi!!!
Votre blog sur APLN-blog.fr

APLN-blog.fr

Mes communautés

communaute les passeurs de mots

le coin de ma poésie

Le coin des poètes