Get Adobe Flash player

partage

Trente ans déjà

Et alors on va pas en faire un plat

Trente ans c’est un bail

Et voilà que j’en baille

Arrête tu sais que je rigole

Tu as toujours été mon idole

OK cette fille

Et alors ce n’était pas une amie

Toi et moi

C’est clair ce n’était qu’émoi

De beaux enfants

Ce n’est pas du vent

Nous voilà, toi grand père

Et moi grand-mère

Bon on fait quoi en attendant

On se donne encore trente ans?

Quoi j’en demande de trop!

Ok je sais que je ne suis pas de tout repos

Je sais, croix de fer, croix de bois

Jamais je ne pourrai me lasser de toi!!!

-dimdamdom-

(Mai 2011)

asphodèle

Pour la poésie du jeudi chez Asphodèle

J’aime comparer ma poésie

A de grands auteurs

C’est ainsi que je vous ai dégoté

Ce petit (heu long) poème

Et c’est drôle j’y ai retrouvé comme le manifeste Prévert,

tous les états d’esprits par lesquels un homme peut passer,

du chagrin à la gaieté, de la méchanceté à la bonté, de la joie au désespoir.

 Ces états d’âme se reflètent entre autre dans ses poèmes sur l’amour.

Prévert évoque tour à tour l’amour vache, l’amour fou ou romantique,

l’inquiétude que cet amour puisse s’estomper, ou encore la vie sans amour.

 Cet amour

Si violent

Si fragile

Si tendre

Si désespéré

Cet amour

Beau comme le jour

Et mauvais comme le temps

Quand le temps est mauvais

Cet amour si vrai

Cet amour si beau

Si heureux

Si joyeux

Et si dérisoire

Tremblant de peur comme un enfant dans le noir

Et si sûr de lui

Comme un homme tranquille au milieu de la nuit

Cet amour qui faisait peur aux autres

Qui les faisait parler

Qui les faisait blêmir

Cet amour guetté

Parce que nous le guettions

Traqué blessé piétiné achevé nié oublié

Parce que nous l’avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié

Cet amour tout entier

Si vivant encore

Et tout ensoleillé

C’est le tien

C’est le mien

Celui qui a été

Cette chose toujours nouvelle

Et qui n’a pas changé

Aussi vrai qu’une plante

Aussi tremblante qu’un oiseau

Aussi chaude aussi vivante que l’été

Nous pouvons tous les deux

Aller et revenir

Nous pouvons oublier

Et puis nous rendormir

Nous réveiller souffrir vieillir

Nous endormir encore

Rêver à la mort,

Nous éveiller sourire et rire

Et rajeunir

Notre amour reste là

Têtu comme une bourrique

Vivant comme le désir

Cruel comme la mémoire

Bête comme les regrets

Tendre comme le souvenir

Froid comme le marbre

Beau comme le jour

Fragile comme un enfant

Il nous regarde en souriant

Et il nous parle sans rien dire

Et moi je l’écoute en tremblant

Et je crie

Je crie pour toi

Je crie pour moi

Je te supplie

Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s’aiment

Et qui se sont aimés

Oui je lui crie

Pour toi pour moi et pour tous les autres

Que je ne connais pas

Reste là

Lá où tu es

Lá où tu étais autrefois

Reste là

Ne bouge pas

Ne t’en va pas

Nous qui sommes aimés

Nous t’avons oublié

Toi ne nous oublie pas

Nous n’avions que toi sur la terre

Ne nous laisse pas devenir froids

Beaucoup plus loin toujours

Et n’importe où

Donne-nous signe de vie

Beaucoup plus tard au coin d’un bois

Dans la forêt de la mémoire

Surgis soudain

Tends-nous la main

Et sauve-nous

-Jacques Prévert-

 

Au pays du Soleil Levant

 La vie ne sera plus jamais comme avant

 La terre en tremblant

 Fait trembler de peur milliers d’enfants

 La mer dans les terres s’engouffrant

 Dans l’horreur et le néant

 Fait sombrer milliers d’enfants

 Et comme si ce n’était pas suffisant

 Voilà que de ces monstres géants

 S’échappe par des trous béants

 Le poison si puissant

 Empêchant milliers d’enfants

 Du pays du Soleil Levant

 De respirer comme avant

 Si l’homme qui se prétend pensant

 Pouvait comprendre que depuis la nuit des temps

 La nature jamais ne fait semblant.

 -dimdamdom-

Non je ne suis pas redondante

Nous ne pouvons pas oublier

Cette tragédie!!!

 

 

Mes potes

 Disent que je suis hot

 Les hommes

 Disent que je suis bonne

 Mes copines

 Disent que je suis coquine

 Certains

 Disent que j’ai de beaux seins

 Les malotrus

 Disent que j’ai un beau cul

 Voilà notre drame

 A nous les femmes

 Avoir de beaux atouts

 N’est pas un tout

 Je n’ai rien trouvé de mieux

 De répondre à ces messieurs

 Qu’avant tout je suis femme

 Dotée d’une âme

 -dimdamdom-

Elles étaient trois

 Se promenant au bois

 Toutes les trois aimaient se retrouver

 Pour se raconter de petites histoires

 Parfois du matin au soir

 Tantôt qui les faisaient éclater de rire

 Tantôt faisant éclater leur ire

 Elles avaient du caractère

 Aucune ne se laissait faire

 Mais une fois les choses dites

 Elles revenaient à leurs rites

 Jusqu’au jour, un renard

 Apparut sans crier gare

 Il n’était pas méchant en apparence

 Il fit quelques pas de danse.

 Et les trois amies furent aussitôt séduites

 Oubliant de prendre la fuite

 Faut dire qu’il avait un beau langage

 Et savait y faire pour complimenter son entourage.

 Il avait bien une tanière

 Mais chaque fois qu’on trouvait son repère

 Il faisait en sorte

 Que close soit sa porte.

 Jusqu’au jour l’une d’elle

 Et se fut sans appel

 Comprit son jeu

 Ce qui le rendit quelque peu furieux

 Il fit tant et si bien de semer la zizanie

 Que se séparèrent les trois amies .

 L’une tenta bien de justifier

 Son attitude face à ce renard futé

 Mais les deux autres ne voulurent rien entendre.

 Elles laissèrent partir leur amie sans mots dire

 Oubliant tout qui jusqu’ici les avait fait tant rire!!!

 Celle-ci, partit non sans se retourner

 Avec le coeur profondément blessé

 Laissant entendre

 Que plus jamais elle ne se laisserait prendre .

 -dimdamdom-

Ce qui m’amène à la citation suivante 

Pour le dico-citations

Sur l’annuaire pour les Nuls!!!

annuaire pour les nuls sur la plateforme apln

 « Si chaque homme chaque jour jetait une fleur sur le chemin de son prochain,

Les routes de la terre seraient tellement plus agréables ! »

 

le prédateur sur la plateforme apln-blog

Le prédateur

 N’a pas de coeur

 Ce n’est pas par hasard

 Qu’il entre chez vous sans crier gare

 Il parle de tout

 Parle de vous partout

 Il est beau parleur

Souvent enjôleur

Il dit de sa vie

Qu’elle n’est que mépris

Il fait en sorte

Que vous lui ouvriez votre porte

 Il vous amadoue pour ensuite

Prendre la fuite

Et ressort de chez vous sans égard

En vous laissant ballant sur le quai d’une gare

Avant que vous compreniez

 Qu’il a une vie dérangée,

 Peut-être une sexualité malheureuse,

Voir défectueuse

C’est trop tard il a ouvert votre coeur

Tel un prédateur.

-dimdamdom-

Un texte sur une image chez

Evy

Etrange présence

 

 

 

 Nous n’étions pas différents

Juste pas les mêmes parents

Nous avons partagé le même nid

Croyant que ce serait pour la vie

Nous sommes retournés chez nos parents

Nous leurs manquions tellement

De force avons quitté le nid

Cela s’est fait sans bruit

Peut-on leur en vouloir

Même si bien souvent nous pleurions dans le noir

Tort ou raison?

A chacun sa raison

Avons fait notre chemin

Parfois caha, parfois cahin

Avons laissé s’écouler le temps

Tellement longtemps

Qu’aujourd’hui nous nous retrouvons

Et voilà que nous bredouillons

Tant de choses à dire

Tant de choses à se souvenir

-dimdamdom-

 

Pour le mois de février Evajoe nous invite

 à écrire sur un souvenir quel qu’il soit, au sens large du terme!

passeur de mots

Il y a les mots que l’on dit
Et ceux que l’on ne dit pas
Il y a les mots que l’on voudrait dire
Les mots que l’on ne veut pas dire
Les mots que l’on ne peut pas dire
Et ceux qu’on finit par dire.

Il y a les mots doux, les mots tendres
Ceux que l’on dit avec le coeur
Il y a les mots durs, les mots douloureux
Ceux que l’on dit avec la tête
Il y a les mots vrais, les mots révoltants
Ceux que l’on dit avec les tripes.

Il y a les mots fous
Fous d’amour, fous d’amitié
Fous de tendresse,
Les mots fous de joie, fous de rire
Fous de bonheur
Fous de réconfort, fous d’attention

Puis il y a les mots, fous de rage
Fous de colère, fous de haine
Fous de méchanceté,
Fous de tristesse, fous de déception.
Fous de douleur, fous de souffrance
Fous d’injustice

Il y a les mots hésitants
Les mots que l’on susurre
Les mots que l’on crie
Les mots que l’on hurle
Et les mots que l’on écrit

Il y a les mots qui sonnent faux
Les mots sincères.
Ceux qui vous blessent
Ceux qui vous hissent
D’autres qui retentissent.
Et d’autres qui s’enfouissent.

Il y a tant de mots
Et tous les maux
Ont leurs mots.

-Dimdamdom-

Ceci est mon tout premier poème

Des mots inspirés par un mal être

Sur cette planète du net

Pas toujours nette.

J’aurais pu les corriger

Car je les trouve bien hésitants et maladroits

Mais ils étaient si sincères

Que je préfère ne rien changer

Ce sont mes mots!!!

Indifférence

Je n’aime pas ta sinistre danse

Un jour tu encenses

L’autre tu perds la cadence

Indifférence

Si tu savais comme j’aime la danse

Elle me met en transe

Et bouleverse tous mes sens

Indifférence

En toute évidence

Tu sais manier la lance

Indifférence

Je te porte trop d’importance

Je te laisse à ton silence

Je te tire ma révérence

Et moi je retourne à ma danse

-dimdamdom-

Ceci est ma participation

Au Dico-citations

Sur l’annuaire pour les Nuls

annuaire pour les nuls sur la plateforme apln

 

saint valentin sur apln-blog

Bientôt c’est la Saint Valentin

 C’est quoi

 On dit que c’est la fête des amoureux

 Amoureux de qui de quoi

 De toi où de tout ceux

 Qu’on voudrait garder dans un écrin

 Moi je ne sais pas dire

 Dire quoi

 Que je t’aime

 Mais pourquoi

 Il n’y aurait que toi que j’aime

 Peux-tu me le dire

 Aujourd’hui je balance

 Du « je t’aime » à tout vent, pourquoi

 Parce qu’à travers cet écran

 Personne ne me voit

 Mes mots ne seraient-ils que du vent

 Ou juste une triste danse

Tu me reproches à la maison

De ne plus savoir dire « je t’aime »

Tout au plus à cet écran

Oui mais lui me dit souvent qu’il m’aime

Serait-ce donc bien du vent

Et devrais-je te donner raison

Alors voilà « je t’aime »

Tu es content

Si longtemps que je ne te l’avais pas dit

Pourquoi tant de temps

Peut-être simplement l’oubli

Du sens d’un « je t’aime »

-dimdamdom-

Ceci est ma participation

Au dico-citations

Sur l’annuaire pour les Nuls!!!

 

 
 
 
 
2007
Je change de planète
Croyant qu’ailleurs ce serait plus net.
Je quitte des gens d’un monde réel
Vers un monde irréel
Cherchant la lumière et la chaleur
Que j’avais perdu ailleurs
Et à mon grand désespoir
Je constate qu’il y fait bien froid et noir.
Je cherchais ce qu’on a tenté de me voler
Joie, bonne humeur, amour, amitié
Ici je me lance un nouveau défi
Celui de changer ma vie
Et voilà qu’au final
Je tombe sur des gens aussi banals
Beaucoup j’ai rencontrés
Beaucoup m’ont désanchantée
J’ai cru en leur amitié
Je ne saurai jamais pourquoi ils m’ont reniée
Ce qui me pousse à dire
Que je préfère garder le sourire
Et le partager sans condition
Ce qui m’amène à cette conclusion.
 
 
Je n’aime pas les gens
Qui cachent leur désenchantement
Derrière un écran
Je n’aime pas les gens
Qui maquillent leur photo 
 Pour paraître beau
Je n’aime pas les gens
Qui utilisent des mots doux
Pour t’asséner des coups
Je n’aime pas les gens
Qui continuellement pleurent leur misère
Et qui au final pètent plus haut que leur derrière
Je n’aime pas les gens
Surtout ceux
Qui fuient vos yeux
Je n’aime pas les gens
Surtout ceux
Qui ne parlent que d’eux
Je n’aime pas les gens
Qui riment poésie
Avec hypocrisie
Je n’aime pas les gens
Qui vous épient
Parce qu’ils sont envieux comme des pies
Au final j’aime les gens
Qui pratiquent l’adage
Qu’on ne jouit bien que de ce que l’on partage
-dimdamdom-
 
Cet article que je ramène ici
D’un ancien blog et qui a déjà été commenté
Par beaucoup
S’adresse à des personnes réelles
Et à des personnes virtuelles
Qui sont devenues réelles
Et qui sont redevenues virtuelles
Je pense qu’elles se reconnaîtront
Si toutefois elles viennent me lire.
 Certaines se reconnaîtront aussi
Dans mes commentaires si toutefois
Elles viennent encore me lire;)

Qui suis-je???

Mon blog
Un peu loufoque
Parfois plein d' émoi
C'est aussi moi
Quelques coups de gueule
Ce sont eux qui le veulent
De l'humour
J'en ai eu toujours
Mes amours
Ils sont dans le four
De l'amitié
Je distribue à volonté
De la poésie
C'est juste pour rimer avec zizi
Rien de pire
Que de ne pas sourire
Voilà un peu de moi
Pour toi!!!

-dimdamdom-

Ma musique au fil du temps

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Rejoignez moi!!!

Votre blog sur APLN-blog.fr

APLN-blog.fr

Mes communautés

communaute les passeurs de mots

le coin de ma poésie

Le coin des poètes