Get Adobe Flash player

Le coin de ma poésie

Je ne suis pas plus ni moins poète

Que vous ne l’êtes

Je n’ai pas fait l’académie

Juste que j’aime la poésie

J’aime les jolis mots

Ceux qui expriment nos maux

Est poète aussi celui qui vous donne l’envie

D’aimer la poésie

En partageant des mots jolis

Empruntés à autrui

Partagez tout ce qui vous passe par la tête

Sans vous prendre la tête

Et pourquoi pas de sexe

N’ayez aucun complexe

En pratiquant cet art qui plane sur nos vies

Chaque jour devient alors poésie

-dimdamdom-

Afin de suivre le fil de mes poésies

Je vous invite à vous abonner

En passant par l’intitulé

“abonnez-vous”

Que vous voyez dans la colonne de droite

Ce premier article

Est un message d’accueil

Pour lequel vous ne pouvez pas commenter.

chaumiere

Aujourd’hui pour rimer avec “In”

Je fête Halloween

Je suis invitée dans la chaumière

D’une vieille sorcière

Pour cette lugubre occasion

Je dois me vêtir de chiffons

Et me noircir le visage

Selon les usages

C’est dans le plus grand silence

Que dans la forêt j’avance

Dans une petite clairière

Je découvre la maison de la sorcière

Des citrouilles creusées

Décorent sa maison hantée.

Son balai pendu dans sa chaumière

Ne semble pas mordre la poussière

Elle paraît très occupée

On la voit à peine dans l’obscurité

Elle ne me parle pas

Elle est en liaison avec l’au-delà

Les fantômes blancs sont ses amis,

Ils chantent, ils dansent, ils rient.

Je sens qu’ils n’ont pas besoin de moi

Je m’apprête à sortir dans le grand froid

Quand elle me tend une feuille de papier froissé

Sur laquelle quelques mots qu’elle vient de déposer

Les fantômes sont mes amis

Avec eux je relis les pages de ma vie

-dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation au jeudi poésie

Mené par Josette (La cachette à Josette)

Chez les Croqueurs de Môts

hilda la sorcière

Hilda la sorcière

Et son pote Harry Potter

En ce soir d’Halloween font la fête

Très vite ils se prennent la tête

Car Harry n’apprécie pas

Les amies sans gêne de Hilda

Elles lui ont chapardé citrouilles et potirons

Si vous leur demandez bien sûr elles mentiront

Quant à Hilda

Elle s’est emparé de son balai Honda

Dans la demeure de Harry à Wookey Hole

Elle fait des arabesques dans le hall

Une amie de Hilda a pris pour paillasson

Son compagnon le hérisson

Ca commence à lui courir sur le haricot

Que ces javottes le prennent pour un idiot

C’est sans façon que Harry les prie

De reprendre leur balai direction la Hongrie.

-dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation au jeudi poésie

Chez les Croqueurs de Mots

Mené par Josette (La cachette à Josette)

Sur le thème des citrouilles :)

ténêbres1

Je reviens d’un voyage épuisant du bout de la planète.

J’ai cherché le silence dans l’insomnie

De mes jours et de mes nuits

Et j’ai trouvé en échange

Un contact voluptueux avec la nature.

Il m’arrivait certains matins d’être remplie d’ivresse

Lorsque je suivais des yeux le vol de centaines d’ oiseaux ,

Virevoltant telle une sarabande

Dans un ciel aux nuages blancs et cotonneux .

J’ai rêvé de solitude,

Les soirs où je ne trouvais pas le sommeil ,

Je cherchais dans le ciel ténébreux

Rarement étoilé le passeur de lumière

Qui me préparerait au prologue de la nuit.

Mais mes yeux ne pouvaient baisser pavillon

Devant tant de beauté aussi sombre fut-elle.

Mon coeur était en fête à chaque reflet

Qui transfigurait le paysage.

Chaque jour était pour moi un recommencement

Auquel j’assistais avec délice

J’étais partie pour me ressourcer,

Avec pour tout bagage, mes amis, mes amours,

Laissant derrière moi mes emmerdes,

Mais c’était sans compter

Que des idées noires m’ont rattrapée

Venant assombrir mon ciel

Et réveiller mes tourments.

-dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation au jeudi poésie

Chez les Croqueurs de Môts

Mené par Durgalola sur le thème du voyage.

temps-manque

Le lac

 

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,

Dans la nuit éternelle emportés sans retour,

Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges

Jeter l’ancre un seul jour ?

 

Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,

Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,

Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre

Où tu la vis s’asseoir !

 

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes ;

Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés ;

Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes

Sur ses pieds adorés.

 

Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;

On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,

Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence

Tes flots harmonieux.

 

Tout à coup des accents inconnus à la terre

Du rivage charmé frappèrent les échos,

Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère

Laissa tomber ces mots :

 

« Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices,

Suspendez votre cours !

Laissez-nous savourer les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

 

« Assez de malheureux ici-bas vous implorent ;

Coulez, coulez pour eux ;

Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;

Oubliez les heureux.

 

« Mais je demande en vain quelques moments encore,

Le temps m’échappe et fuit ;

Je dis à cette nuit : « Sois plus lente » ; et l’aurore

Va dissiper la nuit.

 

« Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,

Hâtons-nous, jouissons !

L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;

Il coule, et nous passons ! »

 

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,

Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,

S’envolent loin de nous de la même vitesse

Que les jours de malheur ?

 

Hé quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?

Quoi ! passés pour jamais ? quoi ! tout entiers perdus ?

Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,

Ne nous les rendra plus ?

 

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,

Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?

Parlez : nous rendrez vous ces extases sublimes

Que vous nous ravissez ?

 

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !

Vous que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,

Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,

Au moins le souvenir !

 

Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,

Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,

Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages

Qui pendent sur tes eaux !

 

Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,

Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,

Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta surface

De ses molles clartés !

 

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,

Que les parfums légers de ton air embaumé,

Que tout ce qu’on entend, l’on voit et l’on respire,

Tout dise : « Ils ont aimé ! »

-Lamartine-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation

Au jeudi poésie mené par Lilousoleil

chez les Croqueurs de Mots.

Tout ça pour dire que je manque de temps en ce moment ;)

Zemanta Related Posts Thumbnail

Parce que je ne suis pas poète

Et que je n’ai pas la prétention de l’être

Je viens ici exprimer

Parfois avec mes mots

Parfois avec les leurs

Tout ce que j’ai sur le coeur

Aujourd’hui, je n’ai pas de mots

Alors pour remercier

Ceux dont parfois je m’inspire

Et ceux qui m’apportent leurs mots

Voici un petit poème

Que j ai emprunté.

30carn9

Les feuilles blanches se noircissent,

Sous l’encre noire des mots.

Les lettres s’entrelacent et compatissent

Comme l’ami qui soignent nos maux…

Faut-il lire entre les lignes ?

Faut-il y voir un signe ?

Est-ce une vérité ?

Est-ce juste une banalité ?

On apprécie la beauté des textes,

On essaye d’y trouver le semblant,

A notre propre histoire, comme un soulagement,

Ou tout simplement un prétexte.

Alors à chaque vers…

C’est soit le printemps, soit l’hiver !

C’est soit le jour ou soit le noir !

Mais chaque poème c’est un peu d’espoir….

Alors à tous les poètes d’un soir

Un grand Merci

-auteur inconnu-

Zemanta Related Posts ThumbnailVoici ma participation au jeudi poésie

chez les Croqueurs de môts

mené par Lilousoleil

maindanslesacflo

Dans mon sac à main

Je fourre tout

Ma crème pour les mains

Mon peigne anti-poux

Mon fond de teint

Le collier de mon toutou

Mon petit calepin

Où j’écris des mots doux

Des photos de mes gamins

Quand ils font les fous

Ma pilule du lendemain

Mon passe-partout

Mon GPS Garmin

Car j’oublie tout

Quand ce n’est pas mon chemin

C’est mon casse-croûte tout mou

Voyez-vous mon sac à main

Me sert à tout

Mais voilà que ce matin

Je l’ai jeté dans l’égout

Adieu sac à main

Désormais dans mes poches je fourre tout

Même les mains

Et je m’en fous de tout

-dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation au jeudi poésie

Chez les Croqueurs de Môts

Mené par Martine (Quai des rimes)

Qui nous demandait

D’écrire un Inventaire à la Prévert.

Concept questions

Je suis qui je suis

Mais qui suis-je?

Je suis un blog

Un peu loufoque

Parfois plein d’ émoi

C’est aussi moi

Quelques coups de gueule

Ce sont eux qui le veulent

De l’humour

J’en ai eu toujours

Mes amours

Ils sont dans le four

De l’amitié

Je distribue à volonté

De la poésie

C’est juste pour rimer avec zizi

Rien de pire

Que de ne pas sourire

Voilà un peu de moi

Pour toi!!!

 -dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Martine (Quai des rimes)

Nous demande d’écrire un poème

Qui débute comme un des poèmes de Prévert

Par “je suis comme je suis”

Voici ma participation

Pour le jeudi poésie

Chez les Croqueurs de Môts

 

art-de-multiples-bienfaits

Sans la luminosité de mon âme,
Mon Art n’est pas un art.

Sans la pureté de mon cœur,
Mon Art n’est pas un art.

Sans la simplicité de mon mental,
Mon Art n’est pas un art.

Mon Art est le jeu de cache-cache
Entre les sourires illuminants de mon âme
Et le flot de larmes de mon cœur.

Je ne veux pas que l’humanité
Fasse écho à mes pensées artistiques,
A mes idées artistiques et
A mes révélations artistiques.
Je veux simplement que l’humanité
Accepte le service-humilité
De la vie de mon Art
Pour qu’il réalise
Son but-transcendance de soi.

Au cours de ma profonde méditation,
Je pleure avec ferveur
Et je me libère de toute mon âme
Lorsque Dieu, l’Artiste Suprême,
Pose son regard empli de bénédictions
Sur mon exposition
Sur la Compassion-Pointe des Pieds.

O mon intellect-pygmée,
Dehors, dehors !
O mon mental-monstre,
Dehors, dehors !
O mon cœur-agneau,
Reste là où tu es !
Je t’aime.
J’ai besoin de toi.
Et maintenant je suis prêt
A peindre et à dessiner,
Et à satisfaire ainsi mon Pilote Intérieur
A Sa propre Manière
Dans ma vie artistique.

Chacun de mes oiseaux-cœurs
Est un passeport
Pour le monde des fleurs-paix.

O mes innombrables oiseaux-cœurs,
Je ne vous garderai pas
En cage plus longtemps.
Dorénavant,
Je vous regarderai voler
Dans le Ciel-Liberté de l’Infini
Dans une suprême extase.

L’artiste en moi a trois amis
Fidèles, infatigables,
Et dévoués :
Un œil-nouveauté, un cœur-unité
Et une vie-plénitude.

Le cœur de mon Art
Et le cœur d’un enfant
S’aiment énormément.
Ils s’aiment profondément ;
Ils ont besoin l’un de l’autre constamment :
Ils sont interdépendants, sans répit.

Mon mental dit que tout ce que je fais
Est trop insignifiant ;
C’est parce que je manque
De qualification.
Inutile de préciser
Que cela comprend mon Art.

Mon cœur dit que tout ce que je fais
Est trop significatif ;
C’est parce que la Touche-Dieu
Y est toujours.
Inutile de préciser
Que cela comprend mon Art.

Mon Art ne veut pas
Souscrire à l’idée
Que le monde est gouverné
Par le malheur.

Mon Art vit
Dans un bâteau-rêve familier
Conduit par un Bâtelier familier
Pour un Rivage-Réalité empli de rêves.

Lorsque je peins ou dessine,
Je ne laisse aucune mauvaise herbe-doute de soi
Pousser dans le jardin-pensées de mon mental.

Je peux séparer la vie de mon Art
De tout
Sauf de mes fleurs-prières
Et de mes boutons-méditations.

Dès l’instant où je commence à peindre,
Je vois clairement ma méditation-âme
S’accrocher, pleine de grâces,
Aux flammes de mon aspiration-cœur.

Chaque chose en son temps :
Avant de s’embarquer dans son Œuvre artistique,
L’Artiste en moi attrape invariablement
Le train express-aspiration de son cœur.

En vérité,
Je veux voir dans mon Art
Le visage de la beauté de la terre.
Mais je veux voir
Encore plus, infiniment plus,
Le cœur de la Divinité du Ciel.

L’artiste humain en moi dit :
«Ce qui est terminé est terminé.
Ce qui est achevé est achevé.»

L’artiste divin en moi dit :
«Rien ne peut être définitivement terminé.
Rien ne peut être complètement achevé.
Car dans les mondes intérieurs,
La destination d’aujourd’hui
Et la perfection d’aujourd’hui
Sont les points de départs
Pour s’embarquer dans un nouveau voyage
Et pour voir le visage d’une aube nouvelle.»

Et voici le message de mon Art :
La transcendance de soi est la vie,
Le cœur, le souffle et l’âme
De mon Art.

Dans l’existence de mon Art,
Il y a deux grands amoureux d’art :
L’ancien amoureux d’art et
L’amoureux d’art moderne.
Un jour, ils eurent une très sérieuse dispute.
Chacun voulait affirmer
Sa suprématie.
J’étais ébahi.
Je finis par leur dire :
«En ce qui me concerne,
Je ne me soucie pas de savoir
Lequel de vous est supérieur
Et lequel est inférieur.
Je ne suis intéressé que par
L’amoureux d’art en moi
Qui m’apprend l’Art Suprême :
L’art de la soumission inconditionnelle
A la Volonté de Dieu
A travers toutes mes activités.»

 

-Sri Chinmoy-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation au jeudi poésie

Chez les Croqueurs de Môts

cartable

L’école en poésie

L’odyssée poétique de la rentrée

Mon cartable

 

Mon cartable a mille odeurs,

Mon cartable sent la pomme,

Le livre, l’encre, la gomme,

Et les crayons de couleurs.

Mon cartable sent l’orange,

Le bison et le nougat,

Il sent tout ce que l’on mange,

Et ce qu’on ne mange pas.

La figue, la mandarine,

Le papier d’argent ou d’or,

Et la coquille marine,

Les bateaux sortant du port.

Les cowboys et les noisettes,

La craie et le caramel,

Les confettis de la fête,

Les billes remplies de ciel.

Les longs cheveux de ma mère,

Et les joues de mon papa.

Les matins dans la lumière,

La rose et le chocolat.

-Pierre Gamarra-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma première participation

Sur le thème de la rentrée

Chez les Croqueurs de Môts

le tournesol sur apln-blog

C’est un tournesol

A la mine un peu folle

Partout dans le ciel

Il cherche le soleil

Pauvre tournesol

Il a perdu la boussole

Ou peut-être est-ce le ciel

Qui joue à cache-cache avec le soleil

Voilà que ce pauvre tournesol

Remonte le col

Tandis que le ciel

S’amuse avec le soleil.

Allons tournesol

Ne vois-tu pas qu’on rigole!

Regarde cet arc en ciel

C’est signe de soleil

Alors le tournesol

Se mit à faire une farandole

Quand ciel et soleil

Lui firent cadeau de leurs merveilles

Et c’est ravi que le tournesol

Reprit sa mine un peu folle…

 -dimdamdom-

Zemanta Related Posts Thumbnail

Voici ma participation pour les” jeudi poésie”

Chez les Croqueurs de Môts

Mais aussi chez Asphodèle

Si toutefois elle l’accepte

Vu mon retard considérable :)

asphodèle

Je ne me suis pas foulée sur ce coup là

Je suis allée fouiller dans mon grenier

Pour vous dénicher ce bon vieux tournesol.

Sur la photo c’est moi qui l’ai déguisé

Nous nous étions arrêtés pour pique niquer

Sur la route de nos vacances

Il avait l’air si dépité le pauvre petit :)

Qui suis-je???

Mon blog
Un peu loufoque
Parfois plein d' émoi
C'est aussi moi
Quelques coups de gueule
Ce sont eux qui le veulent
De l'humour
J'en ai eu toujours
Mes amours
Ils sont dans le four
De l'amitié
Je distribue à volonté
De la poésie
C'est juste pour rimer avec zizi
Rien de pire
Que de ne pas sourire
Voilà un peu de moi
Pour toi!!!

-dimdamdom-

Ma musique au fil du temps

Abonnez-vous!

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!

Rejoignez moi!!!

Votre blog sur APLN-blog.fr

APLN-blog.fr

Mes communautés

communaute les passeurs de mots

le coin de ma poésie

Le coin des poètes